Brève de garde

Il y a peu de temps, j’étais en garde aux urgences, comme souvent.

Une garde chargée ; vraiment chargée. Une garde où arrivée à 18h30, ma première patiente à voir était là depuis 11h. Une garde où malgré une équipe vraiment géniale, un chef adorable qui m’a laissé géré mes patients seule, sans jamais me laisser démunie pour autant, la salle ne s’est pas désemplie avant l’aube.

Je peux dire que cette nuit là, l’équipe soignante en a pris cher dans les dents ; bien sûr, les urgences c’est leur métier, et nous, externes, internes, c’est partie de notre formation ; bien sûr on essaie de faire le meilleur soin, le plus rapide et le plus sûr, même s’il y a un monde fou. Bien sûr, c’est pas facile, c’est fatiguant, surtout après six heures à courir sans pause ; c’est le quotidien des gardes aux urgences. Mais ça passe.

Ce qui ne passe pas, ce sont les récriminations, chaque minutes, chaque heure ; les gens qui s’agglutinent pour se plaindre du temps d’attente, les regards assassin quand ce n’est pas eux qu’on appelle ; ceux qui veulent tout, tout de suite ; ceux qui commencent à être désagréables, à coup de « pfff de toutes façon ils sont tous en pause » (non au déchoc mais c’est pas grave) ; ceux qui refusent d’être vus par quelqu’un d’autre que le chef mais doivent l’être là, tout de suite (espèce rare mais terriblement frustrante). Et au fur et à mesure, ceux qui commencent à t’insulter, ceux qui menacent même, voire qui passe la ligne de la violence. C’est ça, en non la charge de travail, qui rend une garde difficile.

Alors je veux remercier un patient dans cette garde là ; un petit monsieur, la soixantaine polie ; un sourire au milieu de la salle d’attente, une oasis de calme qui diffuse autour de lui, apaisant les autres patients d’un geste, d’une simple discussion ; quelqu’un qui nous facilite un peu la tâche. Ce monsieur, c’est moi qui l’ai pris en charge. Et c’est lui qui, pendant que je lui suturais sa main, me disait qu’il ne servait à rien de s’énerver, que c’était normal que les gens graves passent avant, et qu’un peu d’attente ne tuait pas ; qu’il préférait faire rire les gens en attendant. Il avait tout compris ce monsieur.

Ce patient, il m’a redonné le sourire, et je le remercie, vraiment, d’avoir été mon oasis ce soir là.

Publicités

A propos asadoc

Jongleries d'une étudiante en médecine, un peu AS sur le bords...
Cet article, publié dans Billets courts, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Brève de garde

  1. lesgrosmaux dit :

    En médecine, il y a peu de patients et beaucoup de gens pressés.

  2. Ping : Mes Mercis | No SuperDoc

  3. Lily dit :

    Je comprends votre ressenti et le comportement de certains patients aux urgences me choque également lorsque je dois m’y rendre… Mais une fois, une seule fois, j’ai râlé, moi aussi. Le jour où j’ai dû amener mon père de 85 ans aux urgences, à la demande du médecin (pas d’ambulance dispo avant plusieurs heure, j’habitais à une bonne heure de route). Arrivés à 20 h. 9 heures d’attente… Mon père souffrant d’une occlusion intestinale, plié en deux sur sa chaise, ma mère de 81 ans, opérée 6 mois avant de cinq vertèbres lombaires, arrivant toute flageolante avec son déambulateur, assise en souffrant sur sa chaise métallique. Il y avait 7 personnes devant nous. Notemment deux qui venaient parce que l’une n’avait plus de somnifères. Mon père n’a été vu qu’à 5 h 00 du matin. Certes, aller ronchonner auprès de l’accueil à 1 h 30 du matin n’a servi à rien. Sauf à me donner le sentiment d’avoir au moins essayé de faire quelque chose pour les soulager.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s