Début de stage

Depuis quelques semaines maintenant, j’ai commencé mon premier stage d’externat, en médecine interne ; pour le choix du stage, absolument pas dans mon programme de cours actuel, on dira juste qu’il clignotait très fort devant mes yeux…

Pour ceux qui ne connaissent pas, la médecine interne c’est une spécialité médicale à part, un peu Dr House, en vachement moins glamour quand même et beaucoup plus banal. C’est la spécialité qui va s’intéresser aux maladies systémiques, aux patients qui ont des symptômes non spécifiques ; bref, ceux pour lesquels on n’a pas de diagnostic facile. Vous vous doutez donc qu’il faut quand même s’y connaitre un petit peu en médecine pour y être efficace ; autant dire que je me sens souvent d’une incompétence rare, auprès de mes co-externes D4 !

Je vois un peu la médecine comme un immense puzzle, constituée de toutes les connaissances nécessaires, et en constante expansion ; pour le moment, le mien est plutôt vide, et il n’y a pas d’illusion qui tienne quand on se focalise sur une zone sans pièce : j’ai l’efficacité d’un crabe tentant de courser un écureuil volant.

Eh bien mine de rien, j’adore mon stage.

Au fur et à mesure, j’apprends plein de choses, bien obligée de me mettre à jour sur les pathologies qui défilent.

Au fur et à mesure, les chefs, les internes mais aussi mes Supers-D4-que-j’adore m’apprennent énormément, tout le temps.

J’ai appris à différencier les radios correctes des mal faites, et à les interpréter.

J’ai appris à lire un ECG, après 6 explications différentes, et je peux dire que c’était vraiment pas gagné.

J’ai appris la signification d’une CRP, d’une troponine, de quantité de marqueurs biologiques tous plus obscurs les uns que les autres ; même si la majorité me sont toujours inconnus.

J’ai appris à faire une observation correcte, et un examen clinique complet, en sachant de quoi je parle quand j’écris « pas de signes de localisation ».

Et puis j’apprends aussi d’autres choses, moins pratiques, plus intangibles : j’apprends à écouter les plaintes des patients, ou au contraire à ne pas trop les écouter ; j’apprends à avoir l’air confiante et assurée, même si je me sens totalement gauche intérieurement ; j’apprends à gérer mes relations avec tous les agents hospitaliers, d’un autre point de vue que celui d’AS.

Bon évidemment, j’ai aussi appris à faxer des demandes d’examens ou de consultation 5 fois par jour, à demander des avis, taper des comptes-rendus et ranger des dossiers ; bien nécessaire, cela reste quand même du secrétariat pas très enrichissant. Mais c’est aussi ça l’externat.

« La médecine, ça ne s’apprend pas, ça se vole » m’avait un jour dit un interne ; au final, je vole tous les jours de minuscules fragments, que j’ajoute à mon puzzle, de petites pièces ajoutées qui au fil du temps pourront former un motif ordonné. Et j’adore ça.

Comme quoi être externe, c’est un peu être pickpocket !

Publicités

A propos asadoc

Jongleries d'une étudiante en médecine, un peu AS sur le bords...
Cet article, publié dans Mes généralités à moi, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Début de stage

  1. Ping : Demain, à l’hôpital … | Litthérapie

  2. kenzaelbazi dit :

    Ah, l’externat, une expérience inoubliable 😀 très bon blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s